Mood

Au secours, j’ai perdu le goût de manger !

2 septembre 2017

J’ai hésité à t’écrire ce billet. Tout d’abord parce que j’ai cru que je « guérirais » vite, ensuite parce que finalement, ça ne t’intéresse peut-être pas. Et puis, vu que ça ne passait pas, j’ai décidé de t’expliquer pourquoi, entre autres, je n’ai pas de restos à te faire découvrir en ce moment, alors que c’est peut-être ce que tu attends de moi sur ce blog.

Ça m’a pris par surprise :

Tout a commencé il y a 3 semaines, le 12 août. J’avais enfin un WE de 4 jours ! Plein de choses de planifiées, 4 jours régler 2-3 trucs dans la maison, un RDV pro le lundi, une séance de TRX le lundi soir, du temps pour travailler dans le jardin mais aussi flâner. Ce WE de 4 jours était ENFIN là !

Et puis le 12 août, alors que j’avais ces 4 jours devant moi : je m’effondre dans le divan. Je toussais bien un peu depuis quelques jours, mais vraiment rien d’inquiétant. Ce samedi matin, je sens bien qu’un microbe s’est emparé de moi, je suis fiévreuse.  Je fais contre mauvaise fortune bon cœur, je décide me reposer ce jour-là, je ferai ce que j’ai à faire les 3 jours restant. Me voilà à végéter toute la journée, je vais même dormir dans mon lit en pleine journée. Le truc qui me rend encore plus mal quand je me réveille, mais soit, je veux être en forme le lendemain. Mon appétit disparaît, pire, les nausées arrivent. Allez, ça va vite passer, j’irai vite mieux.

Confidentielles

Credit : Confidentielles.com

 

Dimanche, pareil. Je râle mais je me dis qu’au moins, il vaut mieux être mal comme ça un jour de WE qu’un jour de boulot.

Lundi, ça va un peu mieux. Je vais à mon RDV pro, mais c’est ma seule action efficace de la journée.

Mardi, c’est férié. Je crois que je dors toute la journée. Comme je me sens toujours fiévreuse, je me décide à prendre ma température. Oui, je sais, je suis lente à la détente. 38,5. C’est con, mais limite ça me rassure, de me dire que tout ça n’est pas juste dans ma tête. Bon allez, faut pas déconner, demain je dois être en forme, je signe mon nouveau CDI.

Mercredi matin, toujours de la fièvre, toujours des nausées. Je me traîne toute la semaine, je fais limite peur à mes collègues qui me disent « T’es sûre que ça va, on dirait que tu vas tomber ». « Oui oui, ça va passer. » Tu parles…

La fièvre est passée (il aura fallu une semaine), mais les nausées sont toujours là. Elles vont, elles viennent.

Alors non, je calme tout de suite les esprits créatifs, je ne suis pas enceinte, je m’en suis assurée.

L’envie d’avoir envie :

Depuis, j’ai retrouvé une bonne partie de mon énergie mais je n’ai plus le goût de manger. Et ça me rend super malheureuse. Je n’ai pas perdu « l’appétit », car mon estomac me rappelle aux bonnes heures qu’il faut manger, ce que je fais. Mais je le fais sans envie et sans plaisir.

Du coup je mange n’importe quoi. Je n’ai plus rien cuisiné depuis 3 semaines (non, faire chauffer l’eau pour les pâtes, ça ne compte pas) et je suis incapable de répondre à cette question, qui d’ordinaire fait briller mes yeux : « Tu as envie de manger quoi ? ».

Le matin, c’est simple, le pouvoir des habitudes fait que je mange mon granola. Le midi je m’arrange facilement d’un sandwich ou autre. Mais le soir c’est galère.

Si je pouvais juste manger une pilule qui me nourrirait, ça m’irait. Pas de prise de tête, pas de perte de temps. J’en reviens pas que j’écris ceci. Le problème c’est que comme je suis incapable de savoir ce qui me fait envie, je suis incapable d’anticiper le repas du soir et de m’organiser. Arrive l’heure à laquelle j’ai faim et là il faut que je mange tout de suite. Et…j’ai même mangé un plat préparé. Le truc totalement contraire à ma philosophie quoi ! Et c’était vraiment mauvais en plus…mais j’avais atteint mon objectif : me nourrir.

J’ai zoné sur le net pour voir si le fait de découvrir de nouvelles recettes me redonnerait l’envie de manger. Perdu. « Tu veux qu’on aille au resto ? » Même pas, je n’en ai pas envie. J’y suis allée deux fois la semaine passée et je n’ai pris aucun plaisir à lire la carte et à choisir un plat.

Confidentielles

Crédit : Confidentielles.com

 

Bref, si quelqu’un a une formule magique pour que je retrouve le goût de manger, je suis archi-preneuse ! Je veux pouvoir à nouveau m’enthousiasmer à l’idée de manger, avoir envie d’un plat, en sélectionner précieusement les ingrédients et le cuisiner. Je veux retrouver la sensation enivrante de découvrir une nouvelle table, de parcourir sa carte, d’avoir envie de tout goûter puis de vous partager cette trouvaille. Je veux pouvoir me dire « on ne vit qu’une fois » et craquer pour un menu surprise 5 services, qui ne se déguste pas sans son accord vin.

 

happy curieuse

 

Sachant que je vis pour manger, et pas l’inverse, je commence vraiment à m’ennuyer…

 

Confidentielles

Crédit : Confidentielles.com

 

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Giusi 3 septembre 2017 at 0 h 40 min

    Coucou, je te conseille de te renseigner sur la « pleine conscience ».
    Chaque bouchée, tu en prends conscience, tu prends le temps de réaliser les aliments que tu ingères, que tu gardes en bouche…
    Renseigne-toi là-dessus, cela pourrait être un début.

    Des bisous,
    Giusi

  • Leave a Reply

    Pin It on Pinterest

    Share This