Food

Mon coup de cœur à Culinaria ? Isabelle Arpin !

5 novembre 2017

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez vu que j’ai eu la chance de me rendre à Culinaria il y a quelques semaines. Retour sur cette soirée pleine de découvertes et de rencontres !

Culinaria, c’est quoi ?

Culinaria est un festival culinaire. Késako ? Pendant plusieurs jours, des chefs se réunissent dans un même lieu, avec un plat à la carte. Vous pouvez donc tester des créations culinaires de fou en un seul lieu, en une seule soirée.

Lors de cette édition de Culinaria, les chefs étaient répartis dans 3 menus.

Se restreindre à un menu, devoir choisir, quelle contrainte pour moi…Je préfère de loin la formule où l’on choisit ses assiettes selon son envie du moment. Mais soit. Nous avons bien évidemment choisi deux menus différents, afin de tester un maximum de saveurs. Nous avions également les accords mets-vins d’inclus dans notre formule (et l’accès à l’espace VIP Pommery, mais là, je m’éloigne du sujet… « Champagne is always a good idea » !).

Revenons à nos menus…S’il y a une cheffe que je voulais découvrir, c’était Isabelle Arpin. Le choix pour le menu 3 était donc facile. Pour sélectionner l’autre menu, je me suis basée sur les étoiles et sur mon souvenir de la cuisine de Pascal Devalkeneer (Le Chalet de la Forêt), doublement étoilé.

En préparant cet article avec le menu sous les yeux, je me remémore les plats que nous avons dégustés…et force est de constater que peu m’ont laissé un souvenir impérissable…

menu Culinaria

 

LA Cheffe à suivre

Comme je l’ai dit plus haut, je voulais à tout prix découvrir la cuisine d’Isabelle Arpin. (Si vous ne connaissez pas Isabelle Arpin, je vous invite à lire cet article de La Libre qui retrace son parcours) Mais aussi rencontrer Isabelle, tout simplement. Présente sur les réseaux sociaux, Isabelle est d’une accessibilité incroyable, tout comme son énergie ! À peine arrivée à Culinaria, je jouais ma groupie en fonçant vers son espace… « Bonjour, j’ai fait un faux selfie avec vous…j’peux faire une vraie photo avec vous ? » – « On a échangé sur Facebook à tel sujet, tu te rappelles ? » « Ah mais oui, c’est toi »…Première rencontre et j’avais l’impression de discuter avec une copine ! Cette proximité avec les chefs, que j’avais adorée au Festival Taste of Paris, débarquait enfin en Belgique ! Ahhhh !

happy curieuse isabelle arpin

 

happy curieuse isabelle arpin

 

Revenons au sujet qui nous (vous) intéresse : son assiette ! Bonite, pickles chou rouge, saké, mayonnaise sésame noir, soja vintage et riz soufflé. La bonite, c’est un poisson à la chair rosée, cousin du thon. Contrairement au « thon rouge », menacé de disparition, la bonite est une espèce qui n’est pas victime de surpêche. Un bon point si vous êtes sensible à la préservation de l’environnement. Visuellement, l’assiette est splendide. Le riz soufflé est doré, c’est juste splendide ! En bouche, le poisson est fondant, les saveurs se marient parfaitement et ce riz soufflé croque sous la dent. Je prends des bouchées les plus petites possibles pour faire durer le plaisir…Une assiette de caractère. Une signature. J’ai commencé la soirée avec MON coup de cœur, la barre est haute pour les suivants.

 

happy curieuse isabelle arpin

La deuxième assiette

En deuxième assiette « s’affrontaient » le thon mariné mi-cuit, enoki gold, burrata et coriandre de Pierre Balthazar et le beignet de tomme fleurette, croquant de jambon de nos Ardennes, méli-mélo d’herbes fraîches à l’huile de cèpes de Lionel Rigolet, doublement étoilé au Guide Michelin.

Commençons par l’assiette de Pierre Balthazar. Jolie assiette, mi-cuisson parfaite, heureusement pour moi, la coriandre est isolée sur le plat. Humainement, j’ai vraiment apprécié que ce soit le chef qui nous donne son assiette, et explique l’accord avec le vin. On sentait la passion dans ses paroles. Ce plat était très bon, mais manquait selon moi de caractère (quand je vous disais qu’Isabelle avait placé la barre très haut ! ).

culinaria happy curieuse

 

Le plat du Comme chez Soi (Lionel Rigolet) remportait le match pour cette assiette. Un beignet bien dense, un jambon délicieux. Petit bémol : j’ai trouvé qu’il y avait trop d’herbes dans l’assiette. Mais bon, déguster un plat du Comme chez Soi, c’est juste « wouaw », car évidemment, se l’offrir au restaurant est loin d’être accessible.

 

lionel rigolet happy curieuse

lionel rigolet happy curieuse

Les 4 assiettes suivantes ?

La première (et unique fois) que j’ai dégusté la cuisine de Pascal Devalkeneer, j’y avais goûté un charbon de petits pois, c’est-à-dire une croquette de petits pois avec une chapelure toute noire. Ce plat m’a obsédé pendant des années et encore aujourd’hui, il fait partie de ma liste « à tenter » dans ma cuisine. Mes attentes étaient donc grandes sur l’anguille fumée au petit épeautre, citron et genévrier. Plat que je n’ai pas du tout apprécié.

Pareil pour les 3 autres assiettes. Je me suis rendue compte également en dégustant ces assiettes (épaule d’agneau confit & joue de porc) que j’apprécie de moins en moins la viande. Mon dieu, pourvu que mon carnivore de père ne lise pas cet article…

Le dessert ? LES desserts !

Au restaurant, je m’emballe rarement pour le dessert, lui préférant très régulièrement une assiette de fromages.

J’avais déjà visualisé l’assiette de Pierre Marcolini, très intrigante. J’appréhendais un côté écœurant…Du tout ! Cette forêt noire m’a transportée ! J’aurais limite chapardé une seconde assiette !

pierre marcolini happy curieuse

pierre marcolini happy curieuse

 

Nous avons dégusté en même temps le « Mont-blanc à ma façon » de Mattéo Vannini du Da Mimmo. Un délice ! En plus d’être magnifique, ce dessert nous a fait voyager avec ses saveurs acidulées.

 

da mimmo happy curieuse

Les à-côtés…

D’années en années, Culinaria varie et étoffe son organisation. Cette année, un superbe bar Hendrickx Gin nous accueillait avec une manière très particulière de récupérer notre gin tonic !

Nous avons également participé à une « curieuse expérience » organisée par Hendrickx, un moment très drôle pour nous démontrer la manière dont fonctionne notre cerveau.

Ha ! Et j’ai aussi croisé l’adorable Marie Gourmandise aux toilettes (oui, désolée pour ce détail). Marie est blogueuse, et ce qui est drôle avec le net, c’est que lorsque tu suis quelqu’un sur les réseaux, tu as vraiment l’impression de connaître cette personne…et vice-versa ! Ainsi, lorsque j’ai croisé Marie, j’ai spontanément dit « Oh bonjour Marie, comment tu vas ? ». Marie, pétillante et souriante comme toujours m’a rendu un grand bonjour sympathique, mais quand j’ai vu les points d’interrogations dans ses yeux, je me suis vite justifiée, en lui expliquant que je suivais son blog etc etc…Bref, j’espère ne pas avoir effrayé Marie avec ma spontanéité !

Le meilleur moment de cette édition de Culinaria reste ma rencontre humaine et culinaire avec Isabelle Arpin ! J’ai donc hâte de lui rendre visite dans ses nouveaux quartiers ! En effet, vous pourrez retrouver ses fabuleuses assiettes dès ce mardi 7 novembre au Louise 345 ! On s’y voit ?

 

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Pin It on Pinterest

Share This