Lifestyle

Guide des métiers: quel job pour une fille?

6 avril 2017

Vous connaissez cet excellent livre: « Le guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesse » ? Un vrai régal pour mes yeux et mon esprit…

Car allons droit au but…Je suis féministe. Je ne vais pas vous le cacher. Tout d’abord parce qu’il n’y a aucune raison de vous le cacher et ensuite parce que c’est une valeur tellement présente en moi que je serais bien incapable de vous écrire des articles sans me permettre cette petite touche de « Dites, on représente 50% de l’humanité, alors pourquoi on aurait moins de droits que les hommes ? ».

Parce que le féminisme c’est ça, c’est se bouger les fesses pour atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes. « Le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d’abolir, dans ces différents domaines, les inégalités homme-femme dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la vie privée. » (Merci Wiki). Et à contrario, non, les féministes ne revendiquent pas la supériorité des femmes, ne rejettent pas l’homme, ne vivent pas en autarcie entre elles. Et oui, les hommes peuvent (et je les encourage à) être féministes aussi.

Toute cette intro pour vous parler d’un livre que j’adore, le « Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses ». Le lien entre le féminisme et cet ouvrage ? Ce livre casse les codes, le stéréotype où les métiers de « soin » sont destinés aux femmes alors que les métiers techniques, les rôles décisionnaires sont réservés aux hommes. Alors là, vous vous dites certainement : « Meuh non…on est en 2017, les femmes ont accès à toutes les fonctions ». Oui et non, mais cela sera certainement le sujet d’un autre article 😉 Mais comme exemple déjà, regardez les panels d’experts dans de nombreuses conférences, rares sont les programmes présentant autant d’experts femmes qu’hommes.

Donc, ce livre commence comme ceci :

Extrait "Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesse"

… et cela fera sourire ceux qui me connaissent déjà et qui se remémoreront mon coup de gueule suite à  ma visite dans un magasin de jouets (dont j’attends toujours une réponse – coucou Maxi Toys…).

Alors on ne va pas se leurrer, on ne va pas proposer ce bouquin à nos filles dès la 1ère primaire comme exercice de lecture…et les personnes qui choisiront naturellement ce livre auront déjà intégré cette logique que l’avenir de nos filles se joue dès leur plus jeune âge, par l’ouverture qu’on leur propose et la confiance en elle qu’on les aide à se construire.

Le fil rouge du livre :

Par ordre alphabétique, Catherine Dufour nous fait découvrir une cinquantaine de métiers, en commençant par agent secret jusqu’à voileuse en passant par aventurière, fondatrice d’empire, hackeuse, ingénieure, physicienne, Prix Nobel et même tortionnaire (car oui, nous sommes capables de tout, du meilleur comme du pire). Pour chaque métier, l’auteure nous emmène dans le passé à la rencontre de femmes précurseurs (oui, y a encore du boulot aussi dans la féminisation des mots, puisque précurseur est toujours masculin…) dans ce métier puis nous ramène aujourd’hui, avec un exemple actuel.

En plus d’être très drôle, ce livre est une source d’information et de découvertes incroyables ! Je me suis plusieurs fois surprise à dire : « J’ai appris ça dans le guide des métiers bla bla bla… ». Chaque métier est clôturé par des points utiles pour celles qui envisageraient une reconversion, tels que les compétences requises pour le métier, les études conseillées, le salaire en début de carrière et l’espérance de vie. Pour l’espérance de vie de l’agent secret, Catherine Dufour a indiqué « couci couça »…

Les femmes marquantes du livre

Elles sont toutes exceptionnelles, par leur parcours et leurs actions, mais certaines références du livre font écho à l’actualité ou au vécu de chacun. J’ai ainsi souri lorsque j’ai trouvé Malala Yousafzai dans le portrait d’héroïne des temps modernes. On y parle également d’Ada Lovelace que l’on célèbre le 2ème mardi d’octobre, Marissa Mayer et son congé de maternité sur lequel tout le monde a donné son avis ou Rosa Luxembourg qui décidera à 17 ans de changer le monde, rien que ça !

On l’achète ou on l’emprunte à la bibliothèque ?

Tout dépend de l’importance du catalogue de votre bibliothèque… Perso, je l’ai acheté car il m’arrive fréquemment de le consulter pour préparer l’une ou l’autre intervention. Comme on peut le lire métier par métier, sans suite logique, c’est très agréable de le reprendre de temps en temps. Et mis en bonne place dans mon salon, j’espère toujours qu’il intriguera mes invités. Il se laisse dévorer tant par les femmes que par les hommes, surtout si ces derniers ont une fille. Et si vous avez un message à faire passer, libre à vous de l’offrir autour de vous.

 

Je vois qu’il existe en version « poche » sur Amazon à un prix plus que démocratique. Je n’ai pas feuilleté ce format puisque je l’ai eu dès sa sortie (imprimé en février 2014…c’est un signe ! ). Sinon vous pouvez vous procurer « le grand format » ou l’édition numérique sur le site de l’éditeur. Mais je vous invite à le commander chez votre libraire tout proche, le commerce local, ça rapproche et une fois que vous aurez lu le livre, vous lui ferez votre débrief afin qu’il en vende plus, vive le prosélytisme !

Vous l’avez déjà lu ? Je serais curieuse de connaître votre avis et quels sont les passages qui vous ont le plus marqué !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This