Lifestyle

J’ai lu « Comment j’ai arrêté de CONsommer »

18 mai 2017

 

Je ne vous ai pas encore parlé de l’une de mes philosophies de vie : Vivre avec moins pour vivre mieux. Mais ça ne saurait tarder car je veux vraiment partager avec vous ces changements, petits ou grands, qui peuvent vraiment améliorer notre bien-être dans cette vie qui va de plus en plus vite.

J’ai déjà bien progressé dans la mouvance minimalisme, zéro déchet, consommation responsable, mais toute nouvelle lecture est toujours l’occasion pour moi de croiser ma vision avec d’autres et de trouver de nouvelles approches. Car vous le savez, j’ai toujours une grande soif d’apprendre et j’avoue que je n’ai jamais trop d’arguments pour partager et essayer de convaincre autour de moi qu’il est urgent de ralentir.

Alors, quand mes yeux se sont posés sur ce livre à la bibliothèque, je n’ai pas hésité une seconde…

 

 

Le récit.

Ce livre raconte la prise de conscience de son auteur, Frédéric Mars, sur sa manière de consommer et le pari fou qu’il décide de se lancer : tenter de dé-consommer pendant 1 an.

Il ne se lance pas seul dans cette aventure puisqu’il y embarque son épouse et leur fils de 7 ans.

Ce livre est donc le journal de bord de cette aventure qui commence au mois de janvier, le sacro-saint mois de soldes. Autant dire que l’auteur a directement eu face à lui un adversaire de taille…

Frédéric l’avoue d’entrée de jeu : il consomme beaucoup. Fan de gadgets , il ne résiste à aucune tentation, abuse des services en prélèvement automatique et comme il le dit lui-même :

« Je suis cet homme-là. Je suis ce père-là. Je suis un CONsommateur. Un type qui achète sans même savoir pourquoi. Encore et encore. Et qui trouve le moyen de le faire pour les autres, quand il a épuisé la liste de ses achats à venir »

Et en plus, il est épicurien…

 

 

Techniquement, on découvre au fil du livre toutes les techniques marketing qui nous poussent à consommer sans même nous en rendre compte, sans même en avoir besoin. Ce récit, c’est aussi la quête de ce dont on a vraiment besoin, vraiment envie, nous, en tant qu’individu, et pas ce que la société nous suggère.

La f(r)acture

Ce que j’ai vraiment aimé dans ce livre, c’est que l’auteur abord aussi le rapport aux autres dans ce défi de déconsommation. La première question qui lui a été posée lorsqu’il a partagé son expérience était : « Tu as des problèmes de trésorerie ? ». Comme si arrêter d’acheter était uniquement la conséquence d’un manque d’argent, « le nerf de la guerre ».

Durant cette expérience, Frédéric expliquera aussi l’incompréhension de son entourage, de ses amis. Dans les extraits ci-dessous il décrit clairement le fossé qui se creuse entre sa famille et leurs amis. Sur ce point, je le rejoins entièrement et je trouve qu’il met bien en avant cette situation : alors qu’on est plein de bonnes intentions et que l’on se sent porteur d’un message bénéfique pour tous, il n’est pas du tout évident de faire comprendre notre démarche. Et naturellement, lorsqu’on ne comprend pas l’autre, on s’en éloigne…Heureusement, entre le blanc et le noir, il y a le gris. Il est tout à fait possible de consommer différemment, sans pour autant perdre une vie sociale.

Extrait Frederic Mars

Extrait frederic mars

J’aime beaucoup ce genre de récit car il offre les moyens à chacun de trouver « ce qui marche », de construire sa propre démarche, de connaître ses limites et de se sentir bien dans ses baskets. N’hésitez donc pas à ouvrir ces livres, sans prendre leur message à la lettre, mais en y touvant votre propre place.

On l’achète ou pas ?

Le bouquin se lit très facilement (il n’a duré que 3 jours ici). Il est paru il y a déjà 5 ans, mais son âge est justement un angle intéressant pour voir les changements (ou pas) entamés depuis.

D’instinct je vais vous dire de ne pas l’acheter, c’est un peu le pari du livre non ? Renseignez-vous dans votre bibliothèque, au pire, vous trouverez certainement un exemplaire d’occasion.

Vous avez déjà tenté cette expérience de déCONsommation ? Comment ça se passe pour vous ?

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Julien 19 mai 2017 at 10 h 27 min

    Bonjour,
    Disons que pour nous, ne pas consommer n’est pas un souci en soi. Nous venons d’emménager, il a donc fallu qu’on achète des meubles, et d’autres accessoires utiles 🙂 Du coup on a fait l’effort de choisir des produits durables, qui ne vont pas se casser dans moins d’un an (du moins on l’espère^^).

    C’est vrai aussi que nous prenons attention lorsque nous faisons les courses. On privilégie toujours des légumes et fruits frais. Jamais des produits qui ont été préparés ou bien qui sont suremballés.
    Arrivé à la caisse ça nous arrive de loucher dans le caddie du voisin et de regarder le notre avec fierté, en se disant qu’on n’a pas exagéré 🙂

    Et puis pour se divertir quoi de mieux qu’une bonne ballade dans la nature ou la lecture d’un livre (acheté d’occasion, on minimise ainsi les frais ^^)
    Pour terminer, nous n’avons pas ressenti un éloignement de nos proches et groupes d’amis.
    J’ai l’impression qu’on nous voit plus comme un jeune couple très économe (et les gens trouvent ça plutôt normal). Du coup on le vit très bien et au final on se moque pas mal d’acheter la dernière nouveauté 🙂

    Une bonne journée,
    Julien

    • Reply Garance 19 mai 2017 at 13 h 37 min

      Merci pour ton témoignage Julien !

      C’est clair que miser d’entrée sur des produits durables est la meilleure piste, même si ce n’est pas toujours évident. « On n’est pas assez riche pour acheter bon marché », on peut le transposer à notre planète aussi: « Elle n’est pas assez riche pour ne pas miser sur le durable ».

      Belle journée 🙂

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pin It on Pinterest

    Share This