Food Lifestyle

J’ai décidé d’arrêter de manger…

9 janvier 2020

…mais “seulement” 16h par jour. Il y a une semaine, j’ai commencé le jeûne intermittent. Pourquoi ? Comment ? Est-ce juste un phénomène de mode ? Comment je me sens après une semaine ? Je vous dis tout.

C’est quoi le jeûne intermittent ?

C’est la « nouvelle » habitude alimentaire à la mode. Enfin nouvelle, non, car jeûner est une pratique qui remonte à loin dans l’histoire. À la mode, oui, vous entendrez d’ailleurs plus souvent parler du fasting, parce que tout a l’air plus cool quand ça se termine en -ing. Fasting, en anglais, signifie donc simplement « jeûne » en français, soit le fait de ne pas manger pendant une période plus ou moins longue. Pour casser directement un grand mythe, sachez que nous jeûnons tous, puisqu’à moins d’être insomniaque, ou somnambule, nous restons tous sans nous alimenter pendant notre sommeil. Et nous cassons ce jeûne au petit-déjeuner (dé-jeûner), « breakfast » en anglais. CQFD.

Quels sont les bienfaits du jeûne ?

S’il est difficile de trouver un message scientifique uniforme au sujet du jeûne, un consensus se dégage sur ces différents points :

  • Diminution de la masse grasse
  • Perte de poids
  • Ralentissement du vieillissement
  • Renouvellement des cellules par l’autophagie  

Je vous partage cette vidéo de Lucile Woodward, que je suis depuis plusieurs années maintenant et dont j’aime la vision de la santé. Bon, on n’a pas la même façon de prononcer le mot “jeûne”, mais ce n’est pas ça l’important…

Quel type de jeûne ?

Pour ma part, j’ai décidé de tester le jeûne 16-8, c’est-à-dire 16 heures de période de jeûne, pour une fenêtre de 8 heures pendant laquelle je peux manger. Les jeûnes plus longs ne me conviennent pas et je les trouve aussi plus contraignants socialement. Dans le jeûne 16-8, je saute donc le petit-déjeuner, mais je bois un café noir à table pendant que le reste de la famille déjeune.

D’autres types de jeûnes intermittents existent, tels que les jeûnes plus longs (exemple avec l’OMAD, pour “One Meal a Day”, soit un seul repas par jour) ou le jeûne 5:2 (manger normalement pendant 5 jours et faire 2 jours avec un apport calorique limité de 500-600 kcal).

Comment s’est passée cette première semaine ?

1er jour, le dimanche : easy, rien à signaler. Un peu faim avant midi, mais pas d’autres sensations. Ça s’est compliqué le lendemain. Lundi et mardi : des maux de tête horribles, tant le matin que l’après-midi après avoir mangé. Tellement mal que je ne savais pas faire grand-chose et me demandais si je n’étais pas mieux de rester dans mon lit. Avec le recul, je ne sais pas si ces douleurs étaient liées au jeûne ou à la suppression de sucre. Car c’est la grande première surprise de ce jeûne : plus d’envies irrépressibles de sucre. Avant, je mettais deux canderel dans mon (ou mes) café le matin. Même s’il ne s’agit pas de sucre, le canderel déclenche quand même une envie de sucre dans mon cerveau, ce qui faisait que je craquais souvent pendant la journée. Ici, pas de canderel le matin, pas d’envie de toute la journée. Déjà une fameuse victoire…d’autant que les maux de tête ont disparu au bout de deux jours (et je suis ravie de ne pas avoir abandonné suite à ces maux de tête).

Exit l’envie d’un dessert le soir devant la télé. Le jeûne facilite ma décision et limite donc ma fatigue décsionnelle. Avant : « Han, je prendrais bien un dessert, mais je ne devrais pas, mais on ne vit qu’une fois, petit tour jusqu’à l’armoire avant de craquer, dans 98% des cas ». Ici c’est facile : ne rien manger après 20h, point à la ligne.

Mon constat après une semaine

Parlons de la balance d’abord. Car oui, je ne vous le cache pas, c’était mon objectif premier de ce jeûne : perdre du poids. Je ne m’étais plus pesée depuis mi-novembre et ce 28 décembre que je suis remontée sur la balance j’étais en état de choc en voyant les chiffres s’afficher. Après une semaine, j’ai perdu 900gr. Pas l’extase de prime abord, sauf qu’il y a quand même eu le réveillon. Je ne me suis pas privée, même si j’ai fait l’impasse sur le dessert tout simplement parce que je n’en avais pas envie. Et puis si je perds 900gr par semaine, finalement je serai contente.

Je remarque que, naturellement, je mange moins depuis que j’ai commencé à jeûner. Pourquoi ? Parce que lorsque je mange le midi, après 16h de jeûne, je savoure plus mon repas. Je mange plus lentement et je suis donc plus vite rassasiée. Le jeûne, en une semaine à peine, me permet de retrouver ces sensations de faim et de satiété, que l’on n’expérimente plus vraiment de nos jours dans une société où l’on peut manger de tout, tout le temps.

La plus grande surprise de cette première semaine ? Mon énergie ! Plus de coup de barre l’après-midi, moins fatiguée le soir, je n’en reviens pas. Plus d’énergie, donc plus de réalisations, et moins de stress. Je me sens vraiment super bien.

Alors que j’écris cet article, j’ai repris le travail. Peut-être que mes sensations vont changer dans un contexte plus contraignant, mais je suis hyper optimiste. Et vous, vous avez déjà testé le jeûne intermittent ? Qu’en pensez-vous ? Dites-le moi en commentaire.

Mise en garde : cet article a la seule vocation de vous partager mon expérience, en tant que simple utilisatrice. Je ne suis ni nutritionniste, ni professionnelle de la santé et cet article ne doit pas être interprété comme un conseil.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Happy Curieu.x.se ?

Happy Curieu.x.se ?

Laissez-moi assouvir votre curiosité en vous faisant parvenir de temps en temps la newsletter HappyCurieuse

Merci pour votre inscription !

Pin It on Pinterest

Share This